Djivêye des foroms di Berdelaedjes Berdelaedjes
Forom di berdelaedjes e walon, so tot l' minme ké sudjet
 
 FAQFAQ   CweriCweri   Djivêye des mimbesDjivêye des mimbes   Groupes d' uzeusGroupes d' uzeus   Si fé mimbeSi fé mimbe 
 ProfilProfil   Lére les messaedjes privésLére les messaedjes privés   S' elodjîS' elodjî 

Samwinne ås lingaedjes walons / Bate di noûmots

 
Sicrire on novea sudjet   Responde å sudjet    Djivêye des foroms di Berdelaedjes -> Berdelaedjes
Vey sudjet di dvant :: Vey sudjet shuvant  
Oteur Messaedje
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: mie 17 dec, 2014 12:37:13    Sudjet: Samwinne ås lingaedjes walons / Bate di noûmots Responde tot citant

https://wa.wikipedia.org/wiki/Bate_di_no%C3%BBmots_del_Fiesse_%C3%A5s_lingaedjes_walons

2019

Concours de néologismes – les Noûmots
Règlement :
Article 1 – Le concours de néologismes – Noûmots est organisé par le Comité organisateur de la « Fête aux langues de Wallonie », avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Article 2 – Le concours est ouvert à toute personne soucieuse de faire vivre les langues
régionales, sans restriction géographique ou linguistique. Le concours est ouvert aux
participations individuelles ou aux groupes.
Article 3 – Les propositions collectives et individuelles ne feront pas l’objet de catégories
séparées. Toutes les propositions seront envoyées anonymement. Les participations
individuelles ne seront pas distinguées des participations collectives.
Article 4 – Chaque participant est invité à constituer une liste de minimum 5 (cinq) noûmots (néologismes). Il/elle peut proposer autant de noûmots qu’il le souhaite. Le thème retenu en 2019 est celui des valeurs, des sentiments et des qualificatifs abstraits.
Article 5 – Une liste de suggestions est transmise à titre purement indicatif. Les
propositions peuvent être faites à partir de cette liste, mais des néologismes qui ne seraient pas repris dans cette liste pourront également être retenus par le jury. Néanmoins,appartient à chaque participant de vérifier que ses propositions ne recouvrent pas des termes déjà largement en vigueur chez les locuteurs wallons.
Article 6 – Chaque proposition doit être accompagnée d’un bref commentaire (entre 3 etlignes) mettant en évidence la manière dont le noûmot a été formé et justifiant sa
construction. Outre cette explication, un exemple, dans lequel le noûmot est placé au sein d’une phrase ou d’un court texte, est exigé.
Article 7 – Chaque candidat enverra ses propositions pour le 5 mai 2019 à 17h00 au plus tard, la date et l’heure du courriel d’envoi faisant foi, à l’adresse électronique suivante <romain.berger@hel.be>. Les documents, joints en fichier attaché au courriel de
candidature, le seront au format Word. Il convient de mentionner les coordonnées
complètes des candidats dans le courrier électronique.
Article 8 – Les propositions seront examinées par un jury composé de spécialistes des
langues régionales de la Wallonie. Les critères suivants guideront leurs appréciations- Conformité de la forme du noûmot par rapport aux principes de composition de la langue
choisie ;
- Atouts présentés par le noûmot quant à l’accueil de la forme par le public (compréhension par un maximum de Wallons, adaptabilité aux différentes formes régionales, facilité de mémorisation).
Le jury, qui travaillera collégialement et en toute indépendance, est seul compétent pour
désigner le(s) lauréat(s). Ses décisions seront sans appel.
Article 9 – Les propositions lauréates seront proclamées le samedi 19 mai 2018 à Namur.
Les six propositions jugées les meilleures par le jury recevront un prix de la valeur
suivante : 150 € pour le premier prix, 100 € pour le second, 50 € pour les troisième,
quatrième, cinquième et sixième propositions jugées les meilleures. En outre, une sélection parmi les noûmots retenus sera opérée et fera l’objet d’une publication par le CROMBEL.
Article 10 – En participant au concours, les candidats s’engagent à accepter sans réserve
les clauses du présent règlement. Aucun recours fondé sur les conditions, le déroulement
ou le résultat du concours ne pourra être admis.
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.


Candjî pol dierin côp pa lucyin, li dju 17 dja, 2019 17:44:28; candjî 5 feyes
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: mie 17 dec, 2014 12:40:24    Sudjet: Responde tot citant

Rappel de documentation déjà disponible :

*en français :
** La création de néologismes par dérivation: formation du nom d'action :
http://aberteke.walon.org/waldim03.html

** Les mots nouveaux en wallon : étude de marché, recherche et développement, diffusion du produit fini, feed-back clientèle.
http://aberteke.walon.org/p-5noumots.php

** Le symbolisme des sons et la création de néologismes.
http://aberteke.walon.org/waldim07.html

*en wallon :
http://lucyin.walon.org/diccionairaedje/noumots.html

* e-n inglès : Motî walon - inglès des copiutreces / Walloon - English dictionary of computing terms
http://users.skynet.be/bs302306/linux/wi.html
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.


Candjî pol dierin côp pa lucyin, li sem 24 dja, 2015 23:36:34; candjî 3 feyes
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: sem 24 dja, 2015 23:06:50    Sudjet: Responde tot citant

Créer des néologismes sur des idées abstraites; cas particulier des addjectifs

(dierin rapontiaedje: 17 di djanvî 2019)

Introduction
La pauvreté du lexique wallon en adjectifs a été relevée par Remacle (Syntaxe, I. p. 135, 1952). Il y note l'absence de traductions pour des adjectifs comme "chaste", "sobre" (témoin) "oculaire", (chaire) "magistrale" L'idée se diffusa sans rencontrer d'opposition dans les milieux "waloneus".
Plus généralement, Léonard (Lexique namurois, 1969), secondé par Jean Guillaume, en introduction de son index alphabétique français, se croit obligé de déclarer "On a dégagé les idées et le mots principaux, en éliminant les termes savants et abstraits qui ne trouvent pas leur correspondant dans nos dialectes." (p. 934).

Ces affirmations sont-elles bien vraies? Et alors, quelle audace, quelle témérité que celle de Romain Berger et du groupe "Fête aux langues de Wallonie" de mettre comme thème au concours de "noûmots" 2019: les valeurs, les sentiments et les qualificatifs abstraits.

Pour moi, les deux affirmations ci-dessus relèvent plutôt d'une comparaison biaisée entre
des langues à des stades différents de développement: le français, développé dès le 17e siècle pour Remacle, l' allemand, qui s'est "littérarisé" au 18e s. pour le lexique de Hallig et von Wartburg sur lequel se base Léonard.
Si on avait compté la proportion d'adjectifs dans la "protolittérature" française - Je pense à des ouvrages comme "Gargantua et Pantagruel" - correspondant à un stade "naturel" du français, peut-être aurait-on trouvé la même faiblesse en concepts abstraits. Gargantua mangeait des "montagnes de saucisses" et non "une quantité incommensurable de produits agro-alimentaires carnés".

De plus, beaucoup de mots abstraits formés avec l'officialisation du fançais l'ont été avec des radicaux et des affixes grecs et latins. Donc on ne peut pas dire que ce soit le français per se qui soit riche en adjectifs et autres mots abstraits, mais que c'est une politique linguistique de l'état français qui a conduit à créer des néologismes pour qui dit enrichir, qui dit compliquer la langue. Et ainsi, créer des sociolectes.

Sociolectes?

Une preuve flagrante de ce mécanisme vient de m'être confirmé (hors du champs sémentique). Déjà dans les années 1990, Andrée Bacq m'avait signalé que l'accord du participe passé employé avec "avoir" avec le COD placé avant avait été inventé de toute pièce afin de créer une différence de langage entre les milieux cultivés et les autres. Philippe Boula de Mareüil, le créateur de l'Atlas sonore des langues de France, vient de me le confirmer. Cette règle a été calquée de l'italien et ramenée d'un voyage en Italie d'un nommé Clément Marot. Et de convaincre certains milieux élitistes comme quoi il fallait l'imposer en français.

Rivnans drî rinne [revenons à nos moutons]

Cette longue introduction était destinée à montrer que ce n'est pas le wallon en tant que langue qui est pauvre en addjectifs et autres mots abstraits, mais le type de développement qu'il a connu, particulièrement au 20e siècle.

En effet, en fin de 19e siècle, une série d'écrivains s'étaient mis à créer de nouveaux mots pour désigner des idées abstraites: tinrûlisté, disseulance. Y compris des adjectifs: miråcolieus, plantiveus (Piron, 1939, Formation de la langue littéraire des écrivains liégeois). Mais certaines créations ne respectant pas les règles morphologiques du wallon, il fut mis un halte-là à la créativité des auteurs, en même temps que fut exigé une hyperdialectalisation des écrits (Hendschel, 1997, École dialectologique et génération 48).

Ce n'est que depuis la fin du 20e siècle qu'on voit un nouvel intérêt pour la création néologique. Tout d'abord comme faits littéraires isolés (forvuzion, harloucrale, Albert Maquet, années 1990). Puis à large échelle, allant de pair avec la normalisation de la langue (Mahin, 1999, ké walon po dmwin, pp. 290-316). De plus, au 21e siècle, on voit des lexicologues produire quantité d'extensions de sens et de dérivés naturels (Gilliard, Complément au dictionnaire wallon, 2012). Puis des sociétés littéraires organisent des concours de néologismes (Djåzans walon, La Wallonne, Fête aux langues de Wallonie).

C'est dans le cadre du 5e concours de cette dernière que je vous propose de voir comment créer le plus efficacement possible des nouveaux adjectifs wallons.

1. Locutions adjectivales
La méthode la plus naturelle pour rendre toute une série d'adjectifs français sans équivalent direct en wallon est assurément de créer une locution conjouctivale.
(équipe) néo-zélandaise => (ekipe) del Nouve Zelande
(manne) céleste => (amagnî) tcheu do cir / toumé do stoelî
(maladie) nosocomiale => (maladeye) d' ospitå
(by-pass) coronaire => houte-passaedje d' ene artere do cour

L'avantage, c'est que l'énoncé est clair dans les exemples wallons, et opaque (particulièrement les deux derniers) pour l'expression française à traduire.

L' inconvénient, c'est ces groupes deviennent rarement des lexèmes (entrée d'un dictionnaire)

Notons que:
* pour les formes à deux mots, on pourrait envisager de les unir par un trait d'union, ou d'en faire un seul mot composé. Ainsi, «dospitå» a été sacré médaille d'or du concours de 2016:
http://www.languesregionales.cfwb.be/index.php?id=15014
* Les lexiques en ligne éditent de semblables "addjectivires" (locutions adjectivales) comme entrées lexicales:
** del Nouve Zelande (a: Li Nouve Zelande)
http://moti.walon.org/dicc_esplicantL.html#LIN
** prochain => ki vént
https://wa.wiktionary.org/wiki/ki_v%C3%A9nt

(a shuve)

2. Calques wallonisés

3. Dérivés

4. Le suffixe -rece

5. Le suffixe -iveus

6. Le suffixe -ieus

7. Les préfixes français et leurs équivalents potentiels

8. Le suffixe -åve

9. Le suffixe -ant

10. Suffixes français à éviter.

11. Le suffixe -rin.

12. Réfléchir au contenu.

13. Un petit exercice.

Voici 100 addjectifs qui me sont venus à l'esprit ces derniers temps. Essayons:
a) de voir s'il n'y a pas déjà une traduction accessible (dictionnaires français-wallon, bases de données accessibles en ligne)

b) de voir si les sens éventuellement traduits en documentation englobent tout le champ sémentique de l'adjectif français.

c) de nous mettre à chercher des néologismes wallons, pour un ou plusieurs des sens existants. Parfois, un de ceux-ci est suggéré dans la liste:

absolu
alternatif
apparent
avarié
bref
budgétisé
céleste
circonstancié
compréhensible
concret
conditionnel (liberté ~ le)
confus
conjoncturel
consensuel
cossu
critique (moment ~ )
désuet
discret
épidermique (réaction ~ )
exagéré
expressif
fidèle
figé
fougueux
fréquent
futur (développement)
gazeux
gourmand (marche ~ e )
haineux
hésitant
hypernerveux
hypersensible
illisible
immanquable
impératif (ordre ~ )
impur
incommensurable
incompatible
incomplet
incompréhensible
inconnu
incontournable
indicible
inlassable
innovant
insidieux
instable
insurrectionnel
intermédiaire
invariable
irrecevable
irremplaçable
irresponsable
lacunaire
légal
maximal
migrateur
mimétique (comportement ~ )
monolithique
multisectoriel
omnipotent
opposé
ostentatoire (dépense ~ )
panoramique (vue ~ )
parfait
persévérant
primaire (instinct ~ )
primordial
proactif
protecteur (film, écran ~ )
provisoire
radical (extrémisme ~ )
réactif
récent
redoutable
réglementaire
relatif
responsable (comportement ~ )
ressemblant
rétroactif (indemnité ~ ive)
secondaire
sédentaire
sensoriel (organe ~ )
séparé
sincère
solidaire
spongieux
stable
structurant (projet ~ )
structurel
surestimé
susceptible
tactile (poil ~ )
terminal
tourmenté (relief ~ )
transitionnel
transitoire
unitaire
variable
volatile

-------------------
(tecse sicrît e 2015 pol prumire bate)

Quelques fruits de mon expérience de créateur de « noûmots »

Quand je commençai à écrire le wallon en 1981, j’avais besoin d’un titre pour ma première composition, un poème de circonstance écrit à l’occasion des fiançailles de ma sœur. « Fiançailles », tout simplement ? Oui, mais le mot ne me semblait pas exister en wallon. Je pensai donc à « crapåde », non employé dans mon entourage, mais faisant partie du « wallon international ». Prendre une « crapôde », ce pourrait être « si crapôder », donc conclure un « crapådaedje ».

Trente-quatre ans plus tard, vais-je introduire ce terme – attesté par une publication contrôlée par Lucien Léonard, R.N. & « SLLWî » - dans le « Wiccionaire », le dictionnaire wallon polyvalent on-line de la fondation Wikipédia, que j’ai développé depuis 2009 ?
Non. Parce que le mot « fiançailles » a déjà un équivalent wallon, bien documenté quoique limité géographiquement, « acwèrdances ».

Cette première expérience va nous enseigner deux points :
- ne pas créer des néologismes pour des mots déjà existants en wallon, fût-ce dans un « autre » walon. De là, le souci constant de Laurent Hendschel dès 1993 de « rôbaler foû » (quadriller) toutes les ressources lexicales du wallon, d’ Ovifat à La Louvière et de Dion-le-val à Presgau et à Warmifontaine, pour rendre accessible à tous, les mots wallons utilisés au 20e siècle et avant. Et d’éplucher, avec Thierry Dumont, les dictionnaires et lexiques de la liste établie dès 1992 par Johan Viroux, et que j’ai « recråxhî » au fil des nouvelles publications de « diccionairîs » (lexicologues). Le travail, qui s’arrête malheureusement à la lettre D (C n’est pas complet, mais Z et N sont présents), a été rendu consultable sur le site « walon.org » par Pablo Sarachaga.
http://chanae.walon.org/lh/wa/dic/
- un néologisme, aussi « sûti » soit-il, ne survivra que s’il est employé, à l’écrit et à l’oral, chez les wallonophones de demain. Et en tout premier lieu par celui qui l’a créé. Et dans cet « examen final », le nombre d’élus est des plus limités. Ainsi, Tauli, un des « ravicantisses » de l’estonien, a créé des milliers de « noûmots » pour sa langue au début du 20e siècle. On estime qu’il en existe encore 200 d’un usage courant dans l’estonien d’aujourd’hui, ce qui est considéré comme une performance digne du « Guiness des records ».

Le travail de Tauli à un moment où l’estonien pouvait passer facilement d’un statut de dialecte excentrique dans l’URSS à celui de langue morte nous conduit à un autre point préliminaire : pourquoi créer des néologismes si leur créateur n’a pas la conviction que le wallon survivra au 21e siècle, autrement qu’à titre folklorique ou philologique ? Pourquoi, par exemple, créer des néologismes techniques si les conversations et les écrits sur le sujet sont inexistantes ou se font en français, dans le chef du créateur lui-même. Or, jusqu’à présent, sur la dizaine de revues wallonophones, il n’y a qu’une minorité à publier systématiquement ou occasionnellement de la prose non narrative (textes techniques ou journalistiques). Et très peu de « waloneus » se sont investis jusqu’à présent dans cet outil extraordinaire qu’est le Wikipedia wallon, lancé par Pablo Sarachaga il y a plus de 10 ans déjà.

Qui peut créer des néologismes ?

Tout(e) wallonophone, naturellement ! Qu’il (elle) soit scripteur (-trice) de la langue ou nom. Celui ou celle qui possède un connaissance « sociale » de la langue est parfois plus à même de créer de beaux nouveaux mots que des linguistes spécialisés. Par exemple, comment choisir un mot scientifique pour « coït » ? Notre langue a des ressources linguistiques (cougnaedje, trimpaedje del biscûte, adjermelaedje), mais ce n’est pas dans le même registre socio-linguistique. En mettant toutefois un bémol à leur non-emploi. Ces mots ressentis comme politiquement incorrects par les locuteurs natifs, éduqués dans une société imprégnée du wallon millénaire, le seront-ils encore pour les « raprindisses » (ré-apprenants) ? Récemment, avec le premier film de Xavier Istace, nous avons observé que le mot « panse » semblait avoir perdu sa conotation grossière chez les « jeunes » locuteurs wallons du Wisconsin, alors qu’il fait encore hérisser le poil des wallonophones du même âge élevés dans le Brabant wallon.

Ainsi, j’ai utilisé l’entrée « vé » (ou « vét », équivalent au français « vit ») pour l’article Wikipedia sur le pénis.
https://wa.wikipedia.org/wiki/V%C3%A9_%28antomeye%29
Le mot était-il honteux à une certaine époque ? Je l’ignore, mais il semble avoir été « lavé de tout soupçon » par l’emploi courant de son composé « mivé », « pôve mivé ».
https://wa.wiktionary.org/wiki/miv%C3%A9
C’est du moins ce qu’affirme Jean-Jacques Gaziaux d’après les réactions de ses témoins, des gens très respectables qui n’auraient pas prononcé des mots « måhonteus » devant un étranger. Par contre, je n’aurais pas pu utiliser le mot « kète », dont j’ai l’expérience du caractère grivois. Qu’en sera-t-il des « walon-cåzants » de demain ? L’un d’entre eux déplacera-t-il l’article « vé », mot inconnu dans l’usage courant dès le 20e siècle, pour celui de « kète », encore vivant au 21e siècle et qui aurait alors été dédiabolisé ? Qui vivra verra.

II.

Tous les exemples que nous venons de voir (après « crapådaedje ») sont ce qu’on appelle des néologismes par extension de sens. Vous allez dire qu’ils vont de soi. Pas toujours. Ainsi, les apiculteurs wallonophones n’ont jamais appelé « tchetoeres di bwès » les ruches modernes quand ils ont délaissé le modèle traditionnel en paille et éclisses de coudrier. Ils parlèrent « bêtement » de « ruche », mot qu’ils considéreraient come wallon dans un texte wallon.

On aurait pu walloniser le terme en « rutche ».Chacun sait, intuitivement, que le CH français devient presque systématiquement TCH en wallon. Pourtant, plusieurs néologismes d’emprunt du 20e siècle n’ont pas franchi le pas. Pensons à « achèver », « rèflèchi », « èchêpe / èchèrpe / èchâpe » (écharpe).

Ceci nous fait entrer à pleins pieds dans le chapitre des néologismes d’emprunt (les « calcaedjes » comme disent les « linwincieus » wallonophones).
Comme les locuteurs natifs les utilisent à tour de bras depuis plus deux siècles, ils sont de plein droit des mots wallons. Ainsi « mètchant », « mètchansté », « assimblêye », « gazète », « dringuèle », « drache », « apèler », « mètingue », « aminwêr » (laminoir), « pulôve », « fabrike », « trén », « cwèfeû », « cwisse », « tracteûr », « mwessoneuse-bateuse », « circulaire » (scie circulaire), « télévûzion », « spitch », « otostråde », « ordinateûr », « pènalti », « rèfèré » (arbitre de football), « linèsmane », « fousbal », « chnop » (rhume de cerveau), « cåler » (téléphoner à), « djob », « djèyografîye », « istwêre », « lèdjinde ».

À partir de cette petite liste, nous pouvons déjà constater deux choses :
* les néologismes d’emprunt proviennent à 99 % du français. Pourtant, les mots « mètingue » et les termes du football proviennent de l’anglais comme prononcé dans le première moitié du 20e siècle. « cåler » et « djob » sont des mots wallons courants au Wisconsin. Quelques mots d’usage fréquent en Wallonie malmedienne (« fousbal », « chnop ») proviennent de l’ allemand. « dringuèle » vient du flamand ou néerlandais et « drache » du thiois brabançon. Quant à « otostråde », il vient de l’italien, les premiers constructeurs d’autoroutes.
* Si certains mots sont empruntés tels quels (« gazète », « circulaire », « fousbal », « djob ») ou presque (« tracteûr », « spitch », « ordinateûr »), d’autres subissent, au moins en certains points de la Wallonie, ce qu’on appelle une adaptation phonologique. Typiquement : « mètingue », « télévûzion » « dringuele ».

Comment gérer les mots d’emprunt du futur ?

C’est cette dernière voie qui devrait être la plus choyée chez les utilisateurs du wallon de l’avenir. Parce qu’ils sentiront probablement qu’on ne peut pas impunément introduire des « contrumasses » de mots français, non réadaptés, sans faire renaître la vieille dépréciation : « le wallon n’est qu’un français déformé ». Insi, « jènèrâl » deviendra « djènèrå », « jè.ografîye » sera « djèyografeye », « lingwistique » se mutera en « linwistike », « calendriyér » en « calindrî », etc.

Cette tendance, déjà très utilisée sur les Wikipédias wallons, conduira, entre autres :
* à toujours combler l’hyatus (« djeyografeye », « antibiyotike »)
* a remplacer un H initial par un W (« woligane », « woliganisse »), copiant la phonologie ouest-wallonne.
* à étendre l’usage de la voyelle prothétique ouest-wallonne à certains néologismes, pour respecter la règle des trois consonnes (« ène èstår do rond balon » (Jean Goffart); « èn antibiyotike å lådje èspèke »)
* à simplifier les séquences de deux ou trois consonnes terminales, comme en wallon classique (« Matile », « sôre »= « sorte) : « crypte » => « cripe ». Quand bien même cela conduisit à des homonymies : « asthme » et « astre » deviennent en wallon « asse » ; « cyclisme » et « cycliste » font le même « ciclisse ».
* à respecter la même règle des trois consonnes à l’intérieur des mots : « substantif » => « sustantif » (préféré à « suptantif » proposé dès 1866 par Henri Forir) ; « abstrait » => « absitroet ».

III.

Les néologismes d’emprunt sont certes les plus commodes et les plus courants, et ce, dans toutes les langues. Mais ils procèdent d’une certaine facilité. D’une paresse certaine, allais-je dire. De plus, s’ils se multiplient, le discours de la langue emprunteuse se rapproche dangereusement de celui de la langue prêteuse (un prêt jamais remboursé, en fait !). D’où l’impression de l’observateur étranger que la langue emprunteuse n’est qu’un sabir, un jargon, … un patois ... à éradiquer. D’où également la tendance chez les locuteurs de la « petite langue » de repasser entièrement dans la « grande » quand le sujet va devoir accumuler les mots savants d’emprunt. Marcel Slangen l’observait déjà dans les années 1980. Le lundi dans le train de Bruxelles, les Liégeois « walon-djåzants » parlent du match du Standård en wallon, puis repassent en français pour discerter sur leurs tâches de fonctionnaires.

Au contraire, les néologismes dont nous allons parler maintenant dénotent une créativité de la langue menacée, un volonté d’originalité et, in fine, le désir d’évoluer en s’éloignant de la langue dominante.

Sur l'extension de sens

Nous avons déjà évoqué l’extension de sens (ou plutôt la non-extension de sens spontanée) dans le cas de « tchetoere » / « ruche ». Notons à ce propos que ce n’est pas parce qu'une extension de sens ne se fait pas dans la langue spontanée qu’elle est irrecevable dans la version « noble » ce cette langue.

« Version noble » ? Ceci nous amène à une autre remarque précieuse. Créer des néologismes suppose également une acceptation tacite que la langue que vous enrichissez va survivre, se redévelopper, regagner des parts de marché dans la concurrence linguistique omniprésente dans les sociétés humaines, s’équipper de nouvelles armes pour aborder la « guerre des langues » - selon l’expression consacrée de Jean-Louis Calvet pour désigner leurs rapports, loin d’être la coexistence pacifique décrite par Nicolas Defrecheux dans « mes deus lingaedjes ». Langue noble, dis-je, destinée aussi à être parlée ou écrite par des nouvelles tranches d’âge, de nouvelles couches sociales, de nouveaux groupes intellectuels ou migratoires, où elle est absente au moment où le créateur crée.

Pour revenir à l’extension de sens non spontanée, j’ai risqué quelques fois « tchetoere di bwès » en alternance avec « rutche » (adaptation phonologique de « ruche »), dans des textes « Rantoele-gazete » sur l’apiculture. J’ai aussi parlé occasionellement avec mon garagiste de « crama » pour désigner la crémaillère de la direction d’une voiture, du temps où cette pièce était parfois défectueuse.

En travaillant sur le Wiccionaire wallon, je note souvent des mots où je décèle une extension de sens. Vous pourrez en trouver certains sous ce lien :

https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_di_stindaedje

Comme autre modèle du genre, je pense également à « gayole » (cage d’oiseau) qui a donné, très couramment, le sens de « prison » et plus confidentiellement en football, celui de « goal, cage du gardien de but ».

D’où cet autre néologisme : « egayoler » pour « marquer un but ».

IV.

Voilà une transition toute trouvée pour aborder le chapitre qui me semble le plus conséquent en néologie :

La dérivation

Elle consiste à proposer des mots qui n’existaient pas auparavant, ni dans la langue cible (contrairement à l’extension de sens), ni dans la langue dominante (contrairement à l’emprunt). Et ce, en imitant la structure des dérivés naturels présents en wallon.

Facile, me direz-vous ! Ainsi « gayole » + préfixe è- (en-) + suffixe infinitif -er donnent « ègayoler » (en-cag-er).

Cet exemple nous oblige à aborder un point que nous avions soigneusement évité jusqu’à présent. C’est la diffusion géographique potentielle de nos néologismes, dans l’état actuel de la langue wallonne, toujours caractérisée par une forte préséance de la variabilité régiolectale.

Car le préfixe è- (en-) que nous avons utilisé ne couvre pas toute la superficie de la Wallonie linguistique (zone berceau de la langue wallonne). Si on prend un équivalent simple, « èmantchî », le mot n’a strictement cette forme que sur Namur et Liège. En Sud-Ardenne et sur Charleroi, on a « amantchî » et plus loin encore à l’Ouest, « inmantchî » (je passe sur la variabilité du mot en dehors du préfixe). Les utilisateurs ouest- ou sud-wallons de « egayoler » adapteront-ils le mot en « agayoler » et « ingayoler », ou préféreront-ils une forme lexicale unique, celle des « grands frères » namurois et liégeois. C’est les « market-makers » carolos et bastognards du wallon de demain qui nous apporteront la réponse.

(suite en tête de message)[/b]
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.


Candjî pol dierin côp pa lucyin, li dju 17 dja, 2019 18:37:17; candjî 12 feyes
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: lon 01 djn, 2015 13:20:01    Sudjet: Responde tot citant

Sacwants noûmots d' éndjolike (infôrmatike) : loukîz dedja ladrî :

(sol Wiccionaire)
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:Mots_walons_d%27_%C3%A9ndjolike

(so Wikipedia)
https://wa.wikipedia.org/wiki/Inf%C3%B4rmatike

https://wa.wikipedia.org/wiki/Categoreye:Inf%C3%B4rmatike

(so les Berdelaedjes)
http://berdelaedje.walon.org/viewforum.php?f=8

vîs papîs :
* http://users.skynet.be/bs302306/linux/wi.html
* http://lucyin.walon.org/diccionairaedje/R3_Mahin_motli_PC.pdf
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.


Candjî pol dierin côp pa lucyin, li lon 01 djn, 2015 14:20:58; candjî 1 feye
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: lon 01 djn, 2015 14:14:46    Sudjet: Responde tot citant

Totes sôres di noûmots walons, d' après les anêyes k' il ont stî eplaidîs pol prumî côp :

Diviè 1900
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1900

Diviè 1920
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1920

Diviè 1950
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1950

Diviè 1975
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1975

Diviè 1990
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1990

Diviè 1995
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1995

Diviè 1997
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_1997

Diviè 2000
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2000

Diviè 2005
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2005

Diviè 2007
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2007

Diviè 2010
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2010

Diviè 2012
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2012

Diviè 2015
https://wa.wiktionary.org/wiki/Categoreye:No%C3%BBmots_walons_askepy%C3%AEs_divi%C3%A8_2015
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.


Candjî pol dierin côp pa lucyin, li dim 24 dja, 2016 21:18:24; candjî 1 feye
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: dim 12 djl, 2015 4:07:48    Sudjet: Responde tot citant

Citåcion:
Djåke Dupuis
mi dji su todi avou mes Forpåyisse...pacifiste...èyet Forpåwisse...terroriste... fwar rishonnan mins nén les minmes.


Djustumint : nén awè deus noûmots ki vlèt dire djusse li contråve onk di l' ôte, et ki s' rishonnèt.

Insi on n' a nén ritnou, so les Wiki, les 2 noûmots atåvlés pa Rodjî Viroux "sonante / consonante" po "voyale / cossoune"
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: dju 16 djl, 2015 13:41:24    Sudjet: Responde tot citant

Sacwants noûmots co a trover

http://berdelaedje.walon.org/viewtopic.php?t=1835
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: mår 01 set, 2015 11:44:36    Sudjet: Responde tot citant

Gn a yeu 12 bateus, dispårtis insi :

* noûmots atåvlés e rfondou walon : 4 (inte di zels, 3 ki dinnut les disfondowes po sacwants coines do payis)
* noûmots atåvlés tot notant èn accint lidjwès : 3
* noûmots atåvlés tot notant èn accint måmdiyin : 1
* noûmots atåvlés tot notant èn accint namurwès : 1
* noûmots atåvlés tot notant èn accint carolo : 1
* noûmots picårds : 2

Dji va sayî do fé des statistikes so les noûmots atåvlés (bråmint des bateus end ont evoyî dipus d' 10).
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: sem 28 nôv, 2015 23:36:13    Sudjet: Responde tot citant

Après délibération, le jury retient les 10 noûmots suivants :

N°2 (René Brialmont)
ègurnièdje ou ègrinièdje : archivage (de documents électroniques).
clignète : émoticone (« smiley »).

N°3 (Jean Cayron)
djermon : startup ; jeune entreprise appelée à se développer.

N°6 (Rose-Marie François)
mêlète : courriel.

N°7 (Jacky Lodomez)
mète è prandjîre : mettre en veille.
braskèter = effecaer (un fichier) (« deleter »).

N°9 (Annie Rak)
boète à bite : ordinateur.

N°10 (Collectif Sisma-Wiki)
zûna = buzz.

N°12 (Charleroi)
guigne djins : caméra de vidéo-surveillance.
mousse vôye : GPS.

Parmi ces dix noûmots, qui seront « proclamés » le 3 octobre pendant le Wallonissime, un tiercé « gagnant » a été établi (ordre encore à valider) :

N°10 (Collectif Sisma-Wiki)
zûna = buzz

N°2 (René Brialmont)
clignète : émoticone (« smiley »).

N°12 (Charleroi)
guigne djins : caméra de vidéo-surveillance.

Le jury décide en outre de mettre en évidence le travail qui a abouti à la rédaction de la contribution n°12 (Université temps libre de Charleroi).
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: dju 17 dja, 2019 14:14:42    Sudjet: Responde tot citant

Edicion 2019: loukîz tot ådzeu do fyi.
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2373
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

PostDate: dju 17 dja, 2019 17:44:50    Sudjet: Responde tot citant

(archive 2015)
---------
Concours Noûmots
Des mots pour dire la Wallonie d’aujourd’hui

ARGUMENT

Une langue, pour que son avenir soit assuré, doit être employée dans les secteurs où se joue l’avenir de la société. Cela présuppose que le vocabulaire soit adapté à ces secteurs et s’enrichisse de nouveaux mots pour désigner des réalités nouvelles.

Les langues régionales de la Wallonie ne sont plus adaptées à de certains domaines de la vie sociale et doivent emprunter de nombreux termes au français (ou à l’anglais). Il est loin le temps où le français empruntait au wallon, par exemple dans le vocabulaire de la mine.

Comme toute langue, le wallon, le picard, le gaumais et le champenois disposent des ressources nécessaires pour s’adapter à la réalité contemporaine. Mais il convient de créer, dans ces langues, des mots qui disent cette réalité.

La « Fête aux langues de Wallonie », qui veut dynamiser la pratique des langues régionales de Wallonie, organise un concours de noûmots (néologismes) qui illustrera et valorisera la créativité terminologique des Wallons.

MODALITÉS DU CONCOURS

Le concours est ouvert à toute personne soucieuse de faire vivre les langues régionales de la Wallonie, sans restriction géographique ou linguistique. Il ne sera pas fait de distinction de catégorie d’âge.

Chaque participant au concours est invité à constituer une liste de minimum 5 (cinq) noûmots (néologismes) en rapport avec un des domaines suivants :
*les nouvelles technologies (informatique, réseaux sociaux, etc.)
*le marketing/management.

Chaque noûmot (qui sera obligatoirement un nom ou un verbe) sera accompagné d’un bref commentaire (entre 3 et 5 lignes) mettant en évidence les éléments qui ont conduit au choix du noûmot.

Les propositions sont à transmettre au jury du concours (adresse ci-dessous) entre le 1er février 2015 et le 1er juillet 2015 (date limite impérative).

Un même participant peut soumettre une liste de noûmots pour chacun des deux domaines précisés.

Les propositions seront examinées par un jury composé de spécialistes des langues régionales de la Wallonie. Les éléments d’appréciation sont les suivants :
– pertinence du noûmot par rapport au domaine choisi ;
– conformité de la forme du noûmot par rapport aux principes de composition de la langue choisie (wallon, picard, gaumais, champenois)1 ;
– atouts du noûmot quant à l’accueil de la forme par le public (compréhension par un maximum de Wallons, quelle que soit la variété de langue parlée ; facilité de mémorisation ; suggestivité ; clin d’œil humoristique, etc.).

Des prix récompenseront les gagnants dans chacun des deux domaines précisés. En outre, une sélection parmi les noûmots retenus sera opérée et fera l’objet d’une publication par le CROMBEL.

Les décisions du jury – qui seront sans appel – seront proclamées lors de la soirée festive de clôture de la semaine de la « Fête des langues de Wallonie », le samedi 3 octobre

Adresse pour l’envoi des propositions
Les propositions sont à communiquer par voie électronique à Michel FRANCARD, à l’adresse suivante :
<michel.francard@uclouvain.be>

Attention
Date limite pour l’envoi des propositions : 1er juillet 2015.
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
Mostrer les messaedjes des dierin(ne)s:   
Sicrire on novea sudjet   Responde å sudjet    Djivêye des foroms di Berdelaedjes -> Berdelaedjes Totes les eures sont a GMT + 2 eures
Pådje 1 so 1

 
Potchî a:  
Vos n' poloz nén enonder des noveas sudjets dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén responde a des sudjets k' i gn a dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén candjî vos messaedjes dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén disfacer vos messaedjes dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén vôter dins les ploncaedjes di ç' forom ci



[ Di dvant | Shuvant | A l' astcheyance | Djivêye ]

Cisse pådje est mimbe di l' anea RingSurf des waibes e walon.

[ Passer 1 waibe en erî | Passer houte do shuvant | Les 5 shuvants ]


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group