Djivêye des foroms di Berdelaedjes Berdelaedjes
Forom di berdelaedjes e walon, so tot l' minme ké sudjet
 
 FAQFAQ   CweriCweri   Djivêye des mimbesDjivêye des mimbes   Groupes d' uzeusGroupes d' uzeus   Si fé mimbeSi fé mimbe 
 ProfilProfil   Lére les messaedjes privésLére les messaedjes privés   S' elodjîS' elodjî 

L' avni do walon

 
Sicrire on novea sudjet   Responde å sudjet    Djivêye des foroms di Berdelaedjes -> Berdelaedjes
Vey sudjet di dvant :: Vey sudjet shuvant  
Oteur Messaedje
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2903
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

MessaedjeDate: mie 27 djn, 2007 12:28:37    Sudjet: L' avni do walon Responde tot citant

Vola l' shûte del "libe Pirlodje" da André Gauditiaubwès ki parexhrè sol l' Aberteke di djulete.

Ci sereut clapant d' endè djåzer cial.

Libe pirlodje

Vicåreye et moirt d' on pårler populaire lomé walon

Bénrade fårè awè des diplomes po djåzer walon. Neni, dji vou dire po djåzer do walon et, bén seur, e francès. Ça fwait ki les enocins do peupe, les otodidakes k' ont-st aprins a l' oraye, i n' åront pus l' droet di s' siervi d' leu lingaedje sins l' permission do CLRE, SLLW, UCW evnd.

Disfinse di sprecter walon et d' raetchî al tere

Les lingwisses ont prins l' povwer. Li tradicion orale est so s' cou. Tchire des lives et do papî, c' est l' seule façon, d' après l' CLRE et leus soçons, d' eschaper nosse lingaedje, k' est a l' aschate del disparucion. Oyi, l' walon n' est pus on pårler mins do scrijhaedje di lives.
Portant, les tecnikes modienes, l' infôrmatike et l' odiovizuwel (dijhaedje, schoûtaedje, waitaedje), Etrernete, CDr, DVD, mp3, tos ces tchinisses la pôrént siervi belmint li tradicion del boke a l' oraye.
Way, ti ! On sôrte èn Assimil walon et gn a ddja pont d' plake avou, mins on a droet a 3 Feller diferins.

Corwaitans "Wallons nous"

On a ene dozinne d' emissions TV par anêye si on conte "Wallons nous" et sacwants pîces. Mins "Wallons nous" n' est nén dins l' lisse oficire des emissions del "LA2". C' est ene emission "fantôme".
Divins "Wallons nous", gn a cåzu k' Jany Paquay ki djåze e walon eyet sacwants comedyins dins les bokets d' erpoirtaedjes di pîces e walon. Les mwaisses del djowe, minme les cis ki montnut des pîces e walon dispu pus d' 20 ans, ni savnut nén - ou n' voulnut nén - responde e walon, adon k' on pôreut esse ene miyete grimancyin en aprestant les respondas e walon. Di totès façons, l' emission est apontieye e francès, et les tecnicyins sont des peurs "analfabiesses" francofones. On n' si muche pus po mostrer k' el walon est on "moirt lingaedje", come li latén. Et si l' messe e latén a disparexhou, i dmeure li teyåte e walon come ceremoneye erlidjeuse avou tos ses misteres.

Et dins l' posse ?

On a ene emission radio (côpeye e 3) pa samwinne. Mins asteure, c' est ene eure et ene rawete, li londi a 9 e. al nute, so Vivacité ex-Fréquence Wallonie. La co ene " emission spér "[émission fantôme] nén dins l' lisse des emissions di "Vivacité".
Les vîs cayets del radio et del TV e walon ki dvrént esse rimetou e mp3, CD et DVD, sont-st e trin d' esse neyî dins les cåves, di s' disfacî dins les årtchives oudoubén mutoit bén volés.
L' UCW a on noû magazine A4 mins s' site Etrernete est so s' cou dispu pus d' èn an.
Li Feller et li rfondou, c' est des ostis po mete li lingaedje so papî ou dvins des traitmints d' tecses ou PDF et måy li såme del fén.
Li bute, c' est di schaper l' walon et nén l' gloriyole des soces ki boutnut pou. Li CLRE, SLLW & UCW polnut disparexhe avou tos leus cache-ås-plaeces, çou ki conte, c' est k' des uzeus do lingaedje sorvicnuxhe dins l' monde francofone des sincieus d' Brussele.
Li spotchî francès des medias francofones, c' est lu, l' innmi do walon. Ci n' est nén l' France la k' les lingaedjes redjonås sont cwand minme mia disfindous k' roci. Bayrou l' aveut minme sicrît noer so blanc sol Nete.
Dji m' ocupe di tchansons e walon et, dins les tchanteus, gn a were di djåzeus e walon. Å derin concours a Lidje, les seuls ki parlît euch' patwes, c' ît les Picards di France d' Achteure. Si ont i fwait peu å spiker do posse.

Et les tchanteus e walon ?

Li tchanson, come li teyåte, c' est on fås vizaedje, ene peruke, on nez d' clône, mutoit l' furonke (boigne clå) d' ès mononke (rapinsaedje a ene tchanson da .
Li walon est metou l' tins di sacwantès tchansons ou d' ene pîce et on l' ersaetche å pus rade cwand on est foû do traeyin. C' est on lingaedje di cwarmea, d' operetes, di foclore. C' est come mete ene crawate ou on tchapea ki sint l' naftalene. Li walon a divnou on djeu d' rele, c' est "Tcheteas & cwate-peces".
Cwand les Walons pårlént co walon, c' est l' francès k' esteut l' lingaedje do dimegne ou d' ceremoneye. Asteure, c' est l' contråve, li vernake a toumé so l' pourcea... "Vos avez dit endogene & vernaculaire?? "
On lingaedje ki n' est pus on loyin sociå, a pierdou si åme; il a divnou ene moite linwe... Si l' walon ni rprind nén l' parole, i dvénrè moyea et come gn a pont d' linwe des senes e walon, i serè totafwait moirt.

Li CLRE va motoit cachî d' fé tourner leu tåve po fé rivni les spérs des sprecteus... "Walon, ess chal ? Adon flaye troes côps!!! "
Bén seur on n' pôrè måy espaitchî les sincieus d' si rashonner po gloûssî d' l' artifaye endogène des andjes et d' leus vîs papîs rûsses, d' ès doner des pris literaires etur zels. Mins l' UCW, come riprezintant di totes les soces di teyåte "amateur" di Walonreye, pôreut sôrti d' ès "biliguisse" pa on reglumint pus fel so l' eployaedje do walon dvins leus soces. Et motoit candjî l' concours do Rwè Albert e tchampionat d' improvizåcion e walon. L' ergreté Bernard Perpete k' aveut lancî li "Ligue d' Impro" amon nozôtes vneut do teyåte walon. Ci sereut li seule vraiye noveaté ki vénreut bén a pont po li schapaedje di nosse pårler.

L' ovraedje del Rantoele

Eyet, apoirtêye pa l' Rantoele, c' est l' imersion linwistike walone dins les rashonnaedjes waloneus come on fwait dins les cours di linwes etrindjires. Come escrijheu walon, dji n' pou pus continouwer a scrire e walon, et wangnî des liårds a l' eschoupe avou, sins mi dmander si dji n' so nén parey a tos ces cache-ås-crosses fonccionaires ki vicnut so l' cadåve di nosse vî lingaedje. Sins sawè s' i gn a co ene sakî ki comprind çou k' dj' escrî et çou k' Wiyame et les ôtes tchantnut. Pocwè continouwer a scrire des tchansons et des tecses dins ene langue k' on n' djåze cåzu pus ?!
Meya coulpa di braire avou les veas ki volnut m' pea yet mes oxheas. Mins scrire e walon , c' est pire k' ene drouke po mi. "Hypocrisie" et "Malhonnêteté intellectuelle" sont-elles traduisibles en wallon? "
Trotsky djheut k' c' esteut l' burocrasreye k' aveut touwé l' revolucion rûsse. Avou l' walon, elle a ddja yeu s' pea
Gråce, Lucyin po totes les edvincions des Rantoelîs.
Li walon, c' est come l' ecolodjeye, i s' end åreut falou ocuper gn a 30 ans pask' asteure, il est cåzu trop tård.
Djozewal m' esplike k' asteure, po scrire sol Forom di Todi e walon, fåt evoyî avou l' traducsion e francès. Motoit k' on n' pôrè nén pruster siermint e walon dins l' republike da José Fontaine.
Èm soçon Manu Simon, cwand il a yeu bouté troes moes a "Wallons-nous", vleut mete des sortites e francès. Dji propôze di mete des sortites walons cwand on î pårlêye francès ou bén des foû-vwès (voix off po les franglofones).

Tot djåzant do mot "endogène"

Po l' lete a l' minisse, ele a respondou a costé del plake e m' evoyant les novelès lwès so l' CLRE. C' est JLF l' ome k' a edvinté l' mot po fé pus sûtî. Minme les estrateresses eployenut des lingaedjes "endogènes" : å Futuroscope a Pwetî, i djåznut lidjwès.
Tot cachant ene miyete so l' nete, dj' a trove l' mot "endogène" come mincion lingwistike so on site afrikin francofone di lingwisses. Por-zels, li linwe "endogène" di "Coisse d' Ivwere", c' est l' francès populaire do payis. Adon, rola "endogène" vout dire "creyolijhî". Dabôrd, cial, çoula vôreut dire k' el walon n' est k' do spotchî francès.
Dji croe k' il ont-st emantchî ç' no la po l' brusselere.
Dji propôze po k' el ministresse fouxhe competante di candjî "Service & Conseil des Langues Régionales Endogenes" e "Service & Conseil de l' endophasie communautaire"
JLF ni riskêye nén d' piede ès plaece di prezidint. Gn a rén a fé disconte ces parvinous la eyet leus medcéns ledjisses univiersitaires, les "Experts Koekelberg" do Boulvård Leopold II, les côpeu d' mwins d' negues. I dispinsront todi 5.200.000 AF tot les ans a målvåt eye l' walon s' momifeyrè dins s' sårcô.

Et si on freut on novea Atlas linguistique ?

Lucyin m' dit :"
"On lingaedje n' est moirt ki cwand n' a pus nou cåzeu. End a co ene pougneye."
Adon fåreut motoit rashonner les dierins cåzeus do lingaedje walon foû des tchapeles, potales eye noerès lisses tot sperant k' on ndè frè on live di pus :" L' atlas linguistike des derniers jaseurs wallons".
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2903
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

MessaedjeDate: mie 26 mås, 2008 15:58:16    Sudjet: Response a ene lete da Claudine Mahy Responde tot citant

Response a ene lete da Claudine Mahy

bonjour Monsieur Mahin,
>
> bien recu votre courrier, ca me fait bien plaisir d'avoir de vos
> nouvelles,je pose une question ?qu'est ce que le wallon spontané??
>
> j'écris encore beaucoup en wallon , je chante toujours et il faut bien
> dire que je fais surement des fautes ,je ne vais à aucuns cours de
> wallon ni d'écriture , ca ne changera pas, je ferai bien sur de mon
> mieux , mais je ne suis pas toujours agréée par nos grands chefs, je
> fais encore et toujours du wallon pour le peuple et non pour mettre mes
> textes ni mes chansons bien rangés en bibliotheque .
>
> je vous laisse , merci de me lire


Response

Tos les accints do walon sont bons po cåzer. Totes les ortografeyes sont clapantes po fé des tecses po tchanter, po reciter, po mete dins les ptitès gazetes u so les waibes di mierdjins, po fé des bindes d' imådjes et des ptits lives e walon. C' est ça, pinse dju, li walon spontané. Gn a pont d' flotche, gn a nole fåte e walon, tant k' gn årè nén ene cogne oficire rashiowe å Moniteur.

Ci sereut pår grandiveus, asteure, di fé do spepieus, si on vout rassaetchî les dierins cåzeus et n' nén discoraedjî les vayants bouteus.

Mins si on vout aprester on pordjet pus "ambicieus", avou l' idêye di fé do walon pol Walonreye çou k' el catalan est al Catalogne, li walès å Payis d' Wale, li lussimbordjwès al Grande Dutcheye do Lussimbork, i fåt tuzer et ratuzer a ene ortografeye ki tertos î pôreut rtrover ses mayes. Gn a pus kel Rantoele, å djoû d' ådjourdu, ki boute so ç' pordjet la. L' UCW a ene miete tchôkî al tcherete di 1995 a 2001. Bråmint des waloneus sont disconte, mins end a eto ki voeyèt la l' avni (totes les djins del Rantoele d' asteure, mins eto, foû del Rantoele : André Gauditiaubois, François Nyns, Joël Thiry, Jean Goffart, et Michel Elsdorf metans).

Dji dene sicole di walon a Bive dispu 2003, 4 côps e moes d' måss et 4 côps å moes d' octôbe, a des walon-cåzants "classikes", avou les papîs po fé scole sicrîts e rfondou. C' est l' veur ki, dins les ptits viyaedjes d' Årdene, n a des djins d' Lidje, di Walcoû, di Sombrefe, del Fåmene et di sacwants viyaedjes d' avår la, ki l' walon candje tos les kilometes. I n' trovnut rén a rdire. I dmandnut bråmint des kesses, et dj' elzî trove sovint ene response.


Dji vs è sere cénk.

Lucyin
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2903
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

MessaedjeDate: mie 16 avr, 2008 12:53:05    Sudjet: Response a Djhan-Pire Dumont Responde tot citant

Response a Djhan-Pire Dumont ki dmande po-z eplaidî on sudjet "blanc cwåré" a l' Aberteke.

Diswalpaedje d' ene langue : tos les sudjets et les sôres di scrijhaedjes sont les bénvnous

Oyi, avou plaijhi : i fåt bén k' i gn åye des plaeces po-z eplaidî les noveatés.

Li diswalpaedje d' ene langue n' a rén a vey avou les sudjets k' on ndè cåze avou. Ene rivowe porno e francès, c' est todi do francès, come ene notûle tecnike d' on fier a ristinde, et c' est ostant francès k' on roman da Amélie Nothomb.

Li toirt di sacwants soces come les Relîs et li SLLW, c' est d' maxhî li diswalpaedje do walon et des ôtès sacwès : surmint li rlidjon eyet l' moråle po les Relîs, li diyalectalijhaedje oblidjî des tecses po l' SLLW.

Po fé tcheryî ene langue, gn a eto dandjî di tos les liveas di scrijhaedjes : des cis al leccion disk' åzès cis des cminceus. Les eplaidaedjes di Noer Dessin, foirt critikés pol cwålité do walon, fijhèt bråmint dpus d' reclame po nosse lingaedje ki les tecses al leccion di l' SLLW u del coleccion Somme-Denis. Les romans del coleccion Somme-Denis sont clapants, ni sont saetchîs k' a ... 40 egzimplaires.
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
djozewal



Date d' arivêye: 2005-07-01
Messaedjes: 307
Eplaeçmint: bagué !

MessaedjeDate: mie 16 avr, 2008 15:16:40    Sudjet: Responde tot citant

Ène sakwè à lîre d' ène mwins ? I m'shène ki vos polîz dèdjà è trover dins lès ridants d' l' Abèrtèke. Èt dèdjà dispû sakants ans. Nonna ?
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2903
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

MessaedjeDate: sem 04 avr, 2009 2:00:57    Sudjet: Response å messaedje da Jean-Pol Yernaux Responde tot citant

Bonjour Monsieur Mahin.
>
> Vous avez sans doute entendu parler du */Livre blanc pour la Wallonie/*
> présenté le 16 septembre 2008 à Namur, à l’initiative du Mouvement du
> Manifeste wallon, s’inscrivant dans la continuité du */Manifeste pour la
> culture wallonne/* de 1983, du 2^e manifeste de 2003 – */Pour une
> Wallonie maîtresse de sa culture, de son éducation et de sa recherche/*
> – et de la */Déclaration pour un projet politique mobilisateur de la
> société wallonne/* adoptée par l’assemblée citoyenne du 29 février 2008
> à Namur.
>
> Vous trouverez ci-joint le texte complet du /Livre blanc/ du 16
> septembre 2008, ainsi que sa synthèse en 4 pages pour les journalistes.
>
> Vous pourrez constater que ce Livre blanc */Pour une Wallonie maîtrisant
> tous les leviers de son développement/* se présentait comme une
> *première phase* de réflexions et de propositions.
>
> Il comportait notamment en ouverture un texte très dense sur */Culture
> et citoyenneté en Wallonie/* (rédigé à l’origine par l’historien Jean
> Pirotte ; mais tous les textes sont anonymes et collectifs dans le Livre
> blanc).
>
> Le groupe de travail du /Livre blanc/, présidé par l’écrivain Jean
> Louvet et qui rassemble une vingtaine de personnes d’horizons divers,
> prépare *une deuxième édition amplifiée*, qui sera présentée début mai,
> avec de nouveaux textes concernant notamment l'amélioration de la
> gouvernance wallonne, la gestion du territoire wallon, l'économie
> wallonne, ...
>
> Dans cette perspective, à côté d’un texte en cours d’élaboration
> approfondissant les rapports entre culture et économie sur un plan
> concret pour l’avenir de la Wallonie, le groupe de travail *souhaite
> qu’un texte de 2 ou 3 pages aborde la _question de la langue wallonne_
> dans la Wallonie d’aujourd’hui et de demain*.
>
> Ce texte se terminerait par des propositions concrètes à adresser aux
> responsables politiques wallons, notamment la mise en place d’une
> commission se penchant sur la place de la langue wallonne dans
> l’enseignement et sur la place de l’expression culturelle en langue
> wallonne.
>
> Jean Pirotte n’étant pas disponible actuellement pour réfléchir à cette
> problématique, je me permets de vous solliciter en tant que spécialiste
> de la langue wallonne : seriez-vous disposer à rédiger *pour le 15
> avril* un tel texte en vue de son intégration dans la prochaine édition
> du Livre blanc ?
>
> Les prochaines réunions du groupe de travail, où vous pourriez présenter
> votre texte si vous le souhaitez, se tiendront les lundi 20 avril à 16
> heures et lundi 27 avril à 18 heures 30 à Namur.
>
> Dans l’attente de votre réponse, positive je l’espère, je vous souhaite
> une bonne fin de journée et un excellent week-end.
>
> Jean-Pol Hiernaux
> Membre du groupe de travail
> Collaborateur de l‘Encyclopédie du Mouvement wallon
> Directeur de la Direction de la Documentation et des Archives régionales
> du Service public de Wallonie

Response

Je vous propose ci-après un texte pour un chapitre « développement de la
langue wallonne ».

Il est également transmis à Yannick Bauthière, Olivier Esnault, José
Schoovaerts, Francis Baudoux, Georges Sfasie, Pablo Sarachaga, André
Gauditiaubois, Pierre Otjacques, Jean Goffart, Laurent Hendschel &
Stéphane Quertinmont qui peuvent le retravailler et l'un d'entre eux
éventuellement vous le présenter le 27 à Namur. Car, personnellement, je
suis à l’étranger pour raisons professionnelles aux deux dates indiquées.

----
La langue wallonne est une des composantes culturelles les plus
intimement liées à l’identité wallonne, puisque elle porte le même nom
que l’entité politique que nous souhaitons rendre plus autonome.

De nombreuses nations qui se sont individualisées en Europe depuis le
19e siècle, se détachant de blocs politico-linguistiques plus grands,
l’ont fait sur base d’une trilogie état-langue-nation.

La Wallonie peut développer ce même concept, étant donné :
• que 70 à 75 % de la superficie de la Wallonie politique est couverte
par la zone berceau de la langue wallonne (le « solde » est représenté
par la région germanophone, le pays d’Arlon, la zone picardophone et la
Gaume)
• que la zone berceau de la langue wallonne est à 95 % en Wallonie (le «
solde » est représenté par la botte de Givet)

Une telle concordance langue / frontières politique est comparable à
celles de nombreux petits états nations européens dont nous parlions
ci-dessous.

Le but de la réhabilitation de la langue wallonne serait d’en faire une
langue identitaire, co-officielle à côté du français, à l’horizon 2100.
Une situation un peu équivalente à celle de l’irlandais.

Pour rappel, la langue wallonne est une langue romane qui s’est
nettement individualisée dès le 11e s., sur les frontières
politico-religieuses de l’évêché de Liège. Elle est « traçable » dans la
« scripta », textes écrits avant 1600 dans un mélange de français
administratif et de mots wallons écrits « à la française ». A partir de
1600, on a commencé à écrire sciemment le wallon. Un système
«phonético-analogique» mis au point par Jules Feller en 1900 a permis
une éclosion d’auteurs et de lexicographes tout au long du 20e s. Mais
le «système Feller» n’est pas une orthographe, car on note les accents
de chaque locuteur ; il ne peut donc convenir pour un développement
d’une langue wallonne écrite unifiée.

L’état de dégradation de la connaissance de la langue wallonne actuelle
nécessite pour ce faire une action dynamique et rapide. Les générations
qui sont encore familiers avec la langue depuis leur enfance sont
maintenant dans la cinquantaine, pour les plus jeunes.

La partie technique d’une telle action, la normalisation du corpus de la
langue, a été entreprise avec succès, depuis 1992, par une action
volontariste d’associations de promotion du wallon. Cette forme écrite
commune constitue 95 % de l’écrit wallon disponible sur Internet. La
langue wallonne écrite commune n’est pas associée à une prononciation
standard. Ainsi elle peut être associée à l’utilisation des différents
accents wallons régionaux (on ne perd donc rien des richesses due à la
diversité).

Les actions de promotion de l’enseignement de la langue wallonne,
matérialisées par ce qu’on a coutume d’appeler les décrets «Valmy Féaux»
et «Urbain», n’ont jamais été suivis d’effet, vu l’absence de décrets
d’applications.

Mais la carence la plus apparente, c’est le manque d’action pour
réintroduire la langue wallonne dans le secteur économique, marchand ou
non marchand. Alors qu’en 1900, 80 % de la communication dans
l’agriculture, l’industrie, les petites administrations, etc.
s’effectuait en wallon. Sans une utilité économique, toute action de
réhabilitation de la langue est vouée à l’échec. Le wallon, s’il veut
survivre, doit servir à «aveur des belès plaeces». Ce fut le secret de
la réussites de petites langues qui ont récemment «ressuscité», comme le
catalan ou le luxembourgeois. Des mesures dans ce sens peuvent être
mises en place par la Région Wallonne dans ses compétences actuelles,
puisqu’elles sont du ressort de l’économique.

Une première étape serait de demander des petits résumés en wallon à
tous les textes qui émanent de toute structure collective wallonne
utilisant les deniers publics. Y compris les unités privées qui
reçoivent des subsides la Région Wallonne.

Au niveau des structures gérées par la CWB, la presse et la radio
pourraient être concernées par des mesures simples et sans budget en
faveur de la langue wallonne. Les subsides à la presse pourraient être
liés à la présence d’un quota de pages en langues régionales. Les textes
en langue wallonne devraient être diffusés sur les pages nationales, et
non régionales de telle ou telle province. De même, à Vivacité, les
émissions en langue wallonne doivent pouvoir être captées sur l’ensemble
du territoire de la Wallonie. Les émissions télévisées sur le wallon
doivent être faites en wallon et non en français. Un quota de chansons
wallonnes dans toutes les émissions nationales doit être imposé dans le
contrat de gestion de l’RTBF (au lieu de l’interdiction de facto
actuelle). Ces mesures généreront des petits flux financiers initiés par
l’usage de la langue wallonne.

S’il se dégage un intérêt économique à la connaissance du wallon, les
parents, puis l’école, seront demandeurs, quelle que soit l’autorité
compétente pour son organisation.

Parmi les autres stratégies à promouvoir à court terme (dans la
structure bifide RW-CWB), la réforme du Conseil des Langues Régionales
Endogènes est prioritaire. C’est la seule institution officielle qui a
dans ses attributions la promotion de la langue wallonne. Même dépendant
de la CWB, il doit avoir son siège à Namur, vu le poids du wallon par
rapport aux autres « langues régionales endogènes ». Comme les autres
conseils d’avis, les membres et le président doivent être élus par les
personnes qui sont réellement actives dans la promotion du wallon, et
non pas nommés par le ministre sur base de candidatures. Les partis
politiques peuvent être représentés par des quotas de votants, et non
pas par des sièges permanents au Conseil. La langue wallonne doit y être
gérée par une unité à part (par rapport au picard, gaumais et
luxembourgeois). Cette sous-unité fonctionnelle du CLRE, le « Conseil
pour la réhabilitation de la langue wallonne », doit fonctionner en
wallon et communiquer dans les deux langues (wallon et français). Il
doit être détaché du département des livres, et son budget doit être
alloué en fonction d’activités orientées vers l’avenir de la langue
wallonne, et non pas la description de son passé.

A moyen terme, et en cas de récupération des compétences culturelles par
la Wallonie, le Conseil doit devenir un Office pour la réhabilitation de
la langue wallonne (Buro do lingaedje walon), indépendant des structures
ministérielles. Une de ses activités prioritaires sera d’organiser
l’enseignement de la langue wallonne, et tout d’abord, la formation des
formateurs (création d’un cursus d’enseignant du wallon, sur base d’une
formation unique pour toute la Wallonie linguistique).

Les mêmes actions doivent être mises en place pour le picard, mais en
concertation avec les utilisateurs et institutions picardes de Picardie
française.

En ce qui concerne les medias, la création d’une RTW (Radiotélévision
wallonne ; « Spitantisté ») est indispensable à moyen terme. Elle doit
avoir son émetteur principal à Namur et des centres de production à
Liège, Charleroi et Bastogne. Quant aux studios de Mons, ils se
spécialiseraient dans la promotion de la langue picarde. De même, ceux
Arlon seraient un noyau d’utilisation du luxembourgeois et du gaumais.
[/b]
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
Maisse Arsouye



Date d' arivêye: 2005-07-04
Messaedjes: 194
Eplaeçmint: Djiblou

MessaedjeDate: sem 04 avr, 2009 10:21:39    Sudjet: Responde tot citant

Sacwants candjmints :

Citåcion:
La langue wallonne est une des composantes culturelles les plus
intimement liées à l’identité wallonne, puisque elle porte le même nom
que l’entité politique que nous souhaitons rendre plus autonome.

De nombreuses nations qui se sont individualisées en Europe depuis le
19e siècle, se détachant de blocs politico-linguistiques plus grands,
l’ont fait sur base d’une trilogie état-langue-nation.

La Wallonie peut développer ce même concept, étant donné :
• que 70 à 75 % de la superficie de la Wallonie politique est couverte
par la zone berceau de la langue wallonne (le « solde » est représenté
par la région germanophone, le pays d’Arlon, la zone picardophone et la
Gaume)
• que la zone berceau de la langue wallonne est à 95 % en Wallonie (le «
solde » est représenté par la botte de Givet)

Une telle concordance langue / frontières politique est comparable à
celles de nombreux petits états-nations européens dont nous parlions
ci-dessous.

Le but de la réhabilitation de la langue wallonne serait d’en faire une
langue identitaire, co-officielle à côté du français, à l’horizon 2030.
Une situation un peu équivalente à celle de l’irlandais.

Pour rappel, la langue wallonne est une langue romane qui s’est
nettement individualisée dès le 11e s., sur les frontières
politico-religieuses de l’évêché de Liège. Elle est « traçable » dans la
« scripta », textes écrits avant 1600 dans un mélange de français
administratif et de mots wallons écrits « à la française ». A partir de
1600, on a commencé à écrire sciemment le wallon. Un système
«phonético-analogique» mis au point par Jules Feller en 1900 a permis
une éclosion d’auteurs et de lexicographes tout au long du 20e s. Mais
le «système Feller» n’est pas une orthographe, car on note les accents
de chaque locuteur ; il ne peut donc convenir pour un développement
d’une langue wallonne écrite unifiée.

L’état de dégradation de la connaissance de la langue wallonne actuelle
nécessite pour ce faire une action dynamique et rapide. Les générations
qui sont encore familières avec la langue depuis leur enfance sont maintenant dans la cinquantaine, pour les plus jeunes.

La partie technique d’une telle action, la normalisation du corpus de la
langue, a été entreprise avec succès, depuis 1992, par une action
volontariste d’associations de promotion du wallon. Cette forme écrite
commune constitue 95 % de l’écrit wallon disponible sur Internet. La
langue wallonne écrite commune n’est pas associée à une prononciation
standard. Ainsi elle peut être associée à l’utilisation des différents
accents wallons régionaux (on ne perd donc rien des richesses dues à la diversité).

Les actions de promotion de l’enseignement de la langue wallonne,
matérialisées par ce qu’on a coutume d’appeler les décrets «Valmy Féaux» et «Urbain», n’ont jamais été suivis d’effet, vu l’absence de décrets d’applications.

Mais la carence la plus apparente, c’est le manque d’action pour
réintroduire la langue wallonne dans le secteur économique, marchand ou
non marchand. Alors qu’en 1900, 80 % de la communication dans
l’agriculture, l’industrie, les petites administrations, etc.
s’effectuait en wallon. Sans une utilité économique, toute action de
réhabilitation de la langue est vouée à l’échec. Le wallon, s’il veut
survivre, doit servir à «aveur des belès plaeces». Ce fut le secret de
la réussites de petites langues qui ont récemment «ressuscité», comme le
catalan ou le luxembourgeois. Des mesures dans ce sens peuvent être
mises en place par la Région Wallonne dans ses compétences actuelles,
puisqu’elles sont du domaine économique.

Une première étape serait de demander des petits résumés en wallon à
tous les textes qui émanent de toute structure collective wallonne
utilisant les deniers publics. Y compris les unités privées qui
reçoivent des subsides la Région Wallonne.

Au niveau des structures gérées par la CWB, la presse et la radio
pourraient être concernées par des mesures simples et sans budget en
faveur de la langue wallonne. Les subsides à la presse pourraient être
liés à la présence d’un quota de pages en langues régionales. Les textes
en langue wallonne devraient être diffusés sur les pages nationales, et
non régionales de telle ou telle province. De même, à Vivacité, les
émissions en langue wallonne doivent pouvoir être captées sur l’ensemble
du territoire de la Wallonie. Les émissions télévisées sur le wallon
doivent être faites en wallon et non en français. Un quota de chansons
wallonnes dans toutes les émissions nationales doit être imposé dans le
contrat de gestion de la RTBF (au lieu de l’interdiction de facto
actuelle). Ces mesures généreront des petits flux financiers initiés par
l’usage de la langue wallonne.

S’il se dégage un intérêt économique à la connaissance du wallon, les
parents, puis l’école, seront demandeurs, quelle que soit l’autorité
compétente pour son organisation.

Parmi les autres stratégies à promouvoir à court terme (dans la
structure bifide RW-CWB), la réforme du Conseil des Langues Régionales
Endogènes est prioritaire. C’est la seule institution officielle qui a
dans ses attributions la promotion de la langue wallonne. Même dépendant de la CWB, il doit avoir son siège à Namur, vu le poids du wallon par rapport aux autres « langues régionales endogènes ». Comme les autres conseils d’avis, les membres et le président doivent être élus par les personnes qui sont réellement actives dans la promotion du wallon, et non pas nommés par le ministre sur base de candidatures. Sa composition doit être fixée par décret, avec une répartition entre les représentants des sociétés wallonnes les plus actives et représentatives, des experts universitaires et des acteurs culturels isolés. La langue wallonne doit y être gérée par une unité à part (par rapport au picard, gaumais et luxembourgeois). Cette sous-unité fonctionnelle du CLRE, le « Conseil pour la réhabilitation de la langue wallonne », doit fonctionner en wallon et communiquer dans les deux langues (wallon et français). Il doit être détaché du département des livres, et son budget doit être alloué en fonction d’activités orientées vers l’avenir de la langue wallonne, et non pas la description de son passé.

A moyen terme, et en cas de récupération des compétences culturelles par la Wallonie, le Conseil doit devenir un Office pour la réhabilitation de
la langue wallonne (Buro do lingaedje walon), indépendant des structures
ministérielles. Une de ses activités prioritaires sera d’organiser
l’enseignement de la langue wallonne, et tout d’abord, la formation des
formateurs (création d’un cursus d’enseignant du wallon, sur base d’une
formation unique pour toute la Wallonie linguistique).

Les mêmes actions doivent être mises en place pour le picard, mais en
concertation avec les utilisateurs et institutions picardes de Picardie
française.

En ce qui concerne les medias, la création d’une RTW (Radiotélévision
wallonne ; « Spitantisté ») est indispensable à moyen terme. Elle doit
avoir son émetteur principal à Namur et des centres de production à
Liège, Charleroi et Bastogne. Quant aux studios de Mons, ils se
spécialiseraient dans la promotion de la langue picarde. De même, ceux
Arlon seraient un noyau d’utilisation du luxembourgeois et du gaumais.

_________________
Rissaetchî-vos di m' solia !
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé
djozewal



Date d' arivêye: 2005-07-01
Messaedjes: 307
Eplaeçmint: bagué !

MessaedjeDate: sem 04 avr, 2009 11:47:39    Sudjet: Responde tot citant

"les plus actives"

!!! Oufti, si c' èst à l' pèzanteû dès cårlaedjes d' asteûre k' on va riconèxhe lès pus grawiyeuses !!!
L' pus walobouteuse va co ièsse roviyîye èt mêrseûle dins s' n' orbêre. Nonna ?
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
lucyin



Date d' arivêye: 2005-07-07
Messaedjes: 2903
Eplaeçmint: Sidi Smayil, Marok

MessaedjeDate: sem 04 avr, 2009 12:29:04    Sudjet: Responde tot citant

Dji voe k' on lét "Berdelaedjes".

Ploz evoyî ci loyén la åzès djins ki dj' a metou ådzeu ? Mi emilreye est crombe ces tins ci. A moens ki l' Pablo l' åreut ddja fwait. Dijhoz lu cial.

Waitîz eto kî d' vozôtes (ça pout esse sacwants) ki va aler rescontrer ces djins la e nosse no.
_________________
Li ci ki n' a k' on toû n' vike k' on djoû.
Rivni al copete
Vey li profil di l' uzeu Evoyî on messaedje privé Evoyî èn emile Viziter l' waibe di l' uzeu Jabber
Mostrer les messaedjes des dierin(ne)s:   
Sicrire on novea sudjet   Responde å sudjet    Djivêye des foroms di Berdelaedjes -> Berdelaedjes Totes les eures sont a GMT + 2 eures
Pådje 1 so 1

 
Potchî a:  
Vos n' poloz nén enonder des noveas sudjets dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén responde a des sudjets k' i gn a dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén candjî vos messaedjes dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén disfacer vos messaedjes dins ç' forom ci
Vos n' poloz nén vôter dins les ploncaedjes di ç' forom ci


Powered by phpBB © 2001 phpBB Group